La lutte contre la précarité énergétique

Vulnérabilité et précarité énergétique : de quoi parle-t-on ?

La vulnérabilité énergétique désigne pour un ménage un niveau d'exposition au risque de subir des dommages à cause de l'augmentation des prix de l'énergie (impayés, endettement, coupure d'électricité, impact social). La vulnérabilité énergétique se caractérise donc par une situation de tension qui peut aboutir à une situation de précarité.

 

"Est en situation de précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d'énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l'inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d'habitat"

Loi Grenelle II - juillet 2010

 

Une autre définition de la précarité énergétique tend à en fournir une approche plus statistique : "est en situation de précarité énergétique celui pour qui - chaque mois - le budget servant à payer les factures d'énergie (gaz, électricité, eau...) est supérieur ou égal à 10% du budget total du foyer".


Quelles conséquences ?

Outre les conséquences du coût financier de la précarité énergétique (factures d'énergies élevées qui amènent à un processus de privation (privation d'énergie : baisse du chauffage, .... ; privation sur d'autres postes de dépenses)) ; la précarité énergétique peut avoir de graves conséquences notamment sur la santé des personnes.

 

La "Synthèse santé et précarité énergétique" - Observatoire Régional de Santé Ile de France" (document téléchargeable ci-dessous -"En savoir plus") présente plusieurs études démontrant une "forte association entre surmortalité en hiver et efficacité des systèmes de chauffage et de protection vis-à-vis des faibles températures extérieures. [...] les pays où l'efficacité énergétique des logements est plus élevée présentent une surmortalité hivernale plus faible".

 

Une étude de l'OMS montre quant à elle, qu'un "mauvais état de santé est significativement associé à un mauvais confort thermique, à des problèmes d'étanchéité, à la présence d'humidité, de moisissures"

 

La Fondation Abbé Pierre, le CREAI (centre régional d'étude d'action et d'information en faveur des personnes en situation de vulnérabilité) et l'ORS Languedoc-Roussillon (dans une enquête menée sur deux groupes, dont un exposé à la précarité énergétique) prouvent " que les personnes exposées à la précarité énergétique ont une perception de leur santé moins bonne que les personnes qui n’y sont pas exposées. Des problèmes de santé chroniques respiratoires, ostéo-articulaires, neurologiques ou mentaux (dépression) apparaissent plus fréquemment dans le groupe exposé. L’étude des pathologies aiguës montre une plus grande sensibilité des personnes aux pathologies hivernales. Pour les rhumes et les angines, cette sensibilité se retrouve aussi bien chez les adultes que chez les enfants. C’est dans le domaine des symptômes (sifflements respiratoires, crises d’asthme, rhumes des foins, rhinorrhées ou irritations oculaires) que les différences observées sont les plus importantes, aussi bien chez les adultes que chez les enfants".


Combien de personnes sont concernées ?

En France ...

L'enquête logement de 2006 de l'INSEE identifiait prés de 3.4 millions de ménages touchés par la précarité énergétique (soit 7 à 8 millions de personnes ou encore 13 % de la population française) auxquels il faut ajouter 290 000 personnes ayant recours à des pratiques de restriction ou de privation de chauffage.

 

Plus précisément on estime que 20% des personnes habitant en HLM (European fuel Poverty and Energy Efficiency, 2008) sont en situation de précarité énergétique.

Dans les quartiers répertoriés prioritaires ...

En 2011, le le taux de pauvreté; dans les ZUS (Zones urbaines sensibles) est de 36.5% (soit trois fois plus que dans le reste du pays) et est en augmentation constante depuis 2006

490 quartiers sont en cours de rénovation et concernent

4 millions d'individus, soit autant d'opérations de démolition/construction de logements neufs, de réhabilitation, de résidentialisation et de création d'espaces publics.

Existe t'il des solutions ?

Heureusement Oui !

Selon l'ARPE (Agence régionale pour l'Environnement), un ménage de 4 personnes dépense en moyenne près de de 1870 euros par an, en énergie dans le logement (chauffage, eau chaude sanitaire, électricité spécifique, cuisson).

 

Hors des actions plus onéreuses (isolation thermique, achat d'équipements performants, ...), adopter les éco-gestes : ces actions simples de la vie quotidienne permettant de diminuer la consommation d'énergies de près de 450 € par an et par foyer.

  • Les actions de lutte contre la précarité énergétique permettent d'augmenter le "reste à vivre"
  • Les habitats réhabilités / rénovés favorisent l'adoption des éco-gestes
  • Les changements de comportements doivent être accompagnés pour une meilleure appropriation


En savoir plus...

La maîtrise de l'énergie

ADEME - Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie

Télécharger
Guide des 100 éco-gestes
Pour réduire efficacement ses consommations d'énergie à la maison
Info Energie Rhône Alpes - Prioriterre
100ecogestes2014-2015_RA_WEB.pdf
Document Adobe Acrobat 1.7 MB

Santé et précarité énergétique

Télécharger
"Précarité énergétique et santé" - ORS Ile de France
Synthèse précarité énergétique et santé
Document Adobe Acrobat 465.6 KB

Les quartiers prioritaires

La précarité énergétique

RAPPEL - Réseau des acteurs de la pauvreté et de la précarité énergétique dans le logement

Focus précarité énergétique : Lettres bisannuelles de 4 pages 

Télécharger
Précarité énergétique des ménages dans le logement et les transports
Pour un tour d'horizon des sources sur la précarité énergétique : état des lieux, dépenses énergétiques des ménages, politiques d'actions et de prévention,...
Commissariat général au développement durable - p. 4 et suivantes - Avril 2013
Dossier_CRDD_Precarite_energetique-2.pdf
Document Adobe Acrobat 199.7 KB
Télécharger
Rapport 2014 - Observatoire Nationale de la Précarité Energétique
Rapport de l'ONPE - 2014.pdf
Document Adobe Acrobat 7.1 MB

Définitions

Le taux de pauvreté est situé au seuil de 60% du revenu médian (soit un revenu total - revenus de transfert compris - de 977 euros pour une personne)